Berne, 12. janvier 2021

Une large alliance de partis Jeunes se positionne pour la nouvelle loi CO2


Le comité référendaire qui s’oppose à la nouvelle loi sur le CO2, composé principalement des acteurs des lobbys pétroliers et gaziers, a déposé aujourd'hui les signatures récoltées. "La loi sur le CO2 est un premier pas pour bâtir le monde de demain. nous ne pouvons plus nous permettre de tergiverser et de repousser encore le problème.", affirme Virginie Cavalli, Co-présidente des Jeunes vert’libéraux. En effet, plus nous attendons de prendre des mesures, plus les coûts économiques et environnementaux vont être élevés." Il est temps de nous débarrasser des énergies qui détruisent notre environnement. La loi sur le CO2 nous met sur la bonne voie pour encourager l’investissement dans les énergies renouvelables", a déclaré Dominic Täubert, Co-président des Jeunes PEV. Les jeunes partis s'attendent à une forte approbation de la loi sur le CO2 par l'électorat, ce qui permettra de continuer le chemin de la transition écologique.

La loi sur le CO2 est une étape vers la mise en œuvre de l'Accord de Paris, dans lequel la Suisse, avec 174 autres pays, s'est engagée à limiter le réchauffement climatique à un niveau bien inférieur à 2°C et si possible à 1,5°C. La loi met en place les incitations nécessaires et concrètes pour la mise en œuvre de mesures de protection du climat. La loi crée des incitations concrètes pour l'économie et la population à investir dans les énergies renouvelables et la mobilité durable. Par exemple, les trains de nuit bénéficieront d'un soutien financier, la mobilité électrique sera encouragée, les systèmes de chauffage fossile seront remplacés et les bâtiments seront rénovés. "La nouvelle loi sur le CO2 est efficace et tournée vers l'avenir. Il est nécessaire d'atteindre l'objectif du zéro net d'ici 2050. Nous savons, nous les jeunes, que nous devons aller de l'avant et ne plus perdre de temps. Notre avenir est en jeu", déclare Sarah Bünter, présidente de Junge Mitte.

La nouvelle loi sur le CO2 est soutenue par presque tous les partis et la majorité des associations d'entreprises qui sont conscientes de l’ampleur du défi climatique. Compte tenu de la gravité de la crise climatique, cette loi est une réponse modérée. "La loi sur le CO2 est insuffisante. Mais un OUI clair est la base de la lutte pour une protection crédible de l’environnement", affirme Julia Küng, Co-présidente des Jeunes Verts. Le soutien du lobby de l'automobile et du pétrole au référendum est donc d'autant plus choquant. Au lieu de défendre l'avenir de la prochaine génération et d'investir dans une économie durable, le lobby pétrolier se bat pour maintenir le statu quo.

Les jeunes partis espèrent que la Suisse assumera ses responsabilités et sera un leader de la transition, et qu'elle réduira enfin ses propres émissions de CO2 au lieu de montrer du doigt les autres pays. Une Suisse qui se soucie de la préservation de son paysage naturel unique et qui sauve ses glaciers. "Le rejet de la loi actuelle sur le CO2 fera reculer la politique climatique de la Suisse de plusieurs années - et nous ne pouvons pas nous permettre ce luxe.", prévient Remo Zuberbühler, Président des Jeunes PBD suisses.

Pour toute autre question

Sarah Bünter, Présidente des Jeunes du Centre, 079 658 81 18
Remo Zuberbühler, président des Jeunes PBD, 079 398 93 91
Dominic Täubert, coprésident des JPEV, 079 913 22 58
Tobias Vögeli, coprésident des JVL, 078 743 53 99‬
Julia Küng, coprésidente des Jeunes Verts, 077 475 82 66‬
Nikolai Orgland, directeur de campagne de la Young Climate Alliance, 076 407 37 92